L’incroyable richesse de Berat attire un nombre toujours croissant de touristes  

TIRANA, 14 avril /ATA/- La ville de Berat, qui dispose d’un riche patrimoine culturel, historique et architectural, a attiré environ 15 000 visiteurs nationaux et étrangers, au cours des trois premiers mois de 2019.

“La ville aux mille fenêtres qui figure désormais sur la liste du patrimoine de l’UNESCO, est devenue une destination très prisée de nombreux visiteurs nationaux et étrangers”, a indiqué à l’ATA le directeur de la Direction régionale des affaires culturelles de Berat, Eugen Kaflan.

“La forteresse, le Musée national des Icônes d’Onufri, le Musée ethnographique, ainsi que les vieux quartiers de la ville (Mangalem, Gorica) et le pont de Gorica restent toujours des endroits très fréquentés par les touristes”, a indiqué M.Kaflan.

Fondée il y a plus de 2 500 ans, la ville de Berat s’étale de part et d’autres de la rivière Osum. Gorica, le quartier chrétien, est située sur sa rive gauche, tandis qu’on trouve sur la rive droite Mangalem, le quartier musulman, et la Kala, la forteresse, sur les hauteurs.

Perchée sur les flancs de la montagne, la Citadelle attire le regard. Ses maisons blanches, ses murs épais, et le château qui le surplombe transportent le voyageur dans une autre époque. Toujours habitée, la place forte a été détruite et reconstruite plusieurs fois depuis le IIe siècle avant notre ère, mais on y voit encore de nombreux édifices médiévaux : des églises, des mosquées, les murailles crénelées, les réservoirs d’eau enterré.

La juxtaposition des lieux de prières catholiques, orthodoxes et musulmans témoigne de la capacité à cohabiter des différentes communautés.

En 1961, Berat a été officiellement déclarée ville-musée. Elle a été inscrite en 2008 au patrimoine de l’Unesco.

/k.s/dm/