Ferhati: La réforme de la justice a une architecture bien conçue, il n’est pas nécessaire d’en discuter

 

TIRANA, 22 mai /ATA – A. Fortuzi/ – La réforme de la justice est sacrée pour nous et ne peut faire partie d’aucune discussion politique, a déclaré la députée du Parti socialiste (PS) Klotilda Ferhati lors d’une interview télévisée ce vendredi.

Elle a noté que le PS a montré sa détermination à mettre en œuvre la réforme électorale le plus tôt possible en répondant à toutes les demandes de l’OSCE / BIDDH, ajoutant que le PS n’entrera dans aucune discussion visant à toucher l’architecture de la réforme de la justice.

“Nous avons créé le Conseil politique de la réforme électorale afin que l’opposition non parlementaire fasse également partie du débat sur cette réforme, où les préoccupations exprimées dans tous les rapports internationaux de l’OSCE/ BIDDH sur les élections dans notre pays sont examinées et font partie de l’ordre du jour de la réforme électorale”, – a déclaré Ferhati.

“Pour le changement du système électoral, nous avons des propositions de certains collègues de l’opposition parlementaire, mais d’autres qui ne se présentent pas sous forme de proposition. La question de la modification du système électoral est une question qui nécessite du temps et un consensus”, – a déclaré Ferhati.

“Alors que nous, en tant qu’acteurs politiques, avons l’une des tâches fondamentales concernant le processus d’intégration dans l’UE, l’achèvement de la réforme électorale dès que possible. Et ce que nous devons faire, c’est donner suite aux recommandations faites par l’OSCE/ BIDDH sur le code électoral et nous le faisons”, a déclaré Ferhati.

Selon elle, la majorité se concentre sur la résolution des problèmes soulevés par les rapports de l’OSCE/ BIDDH.

“La commission a décidé d’aborder ces deux questions à différents stades. Premirement, c’est la recommandation de l’OSCE sur les changements juridiques concernant le code électoral qui sera traitée. Ensuite, nous restons ouverts à d’autres propositions concrètes qui ne peuvent être faites aussi rapidement et qui nécessitent un large consensus politique et prennent du temps. Ce sont des questions qui doivent faire l’objet de consultations approfondies, politiques ou non politiques, et de la part de partenaires internationaux qui sont proches de notre pays pour faire avancer les normes démocratiques du pays”, a déclaré Ferhati.

“En tant que majorité, nous avons toujours été ouverts aux propositions, mais nous devons garder à l’esprit que la principale priorité est de conclure la réforme électorale, où les lois pertinentes se réfèrent au Code électoral où toutes les recommandations de l’OSCE / BIDDH seront traitées, dans le cadre des dernierès élections, dépolitisation de l’administration, financement, corruption électorale, quotas de genre, restauration de la confiance du public dans le système électoral, etc.”, a souligné l’élue du Parti socialiste au Parlement albanais.

“De très bonnes mesures ont été prises, malgré des blocages occasionnels et aujourd’hui, nous espérons que les déclarations rendues publiques par les dirigeants de l’opposition extraparlementaire selon lesquelles le travail au sein du conseil politique se poursuivra et tout le monde s’est engagé à achever cette réforme dans les délais, donc en juin, disons, y compris l’approbation”, – a déclaré Ferhati.

Le député SP s’est dit catégorique au sujet de la réforme de la justice selon laquelle son architecture ne serait pas touchée.

“Je voudrais vous dire que la réforme de la justice est sacrée. Nous ne l’avons pas fait nous-mêmes, mais avec des co-auteurs européens et américains. Cette réforme a clairement défini l’architecture du nouveau système judiciaire qui a été mis en place avec de nombreuses difficultés et obstacles. Et une telle réforme ne peut faire l’objet d’un débat politique. Tout ce qui touche à la justice n’est plus un problème qui peut être influencé par la politique. Grâce à cette réforme, la politique ne peut plus contrôler ses leviers au sein du système, et personne ne peut faire de propositions qui sapent cette question liée à l’indépendance du système de justicet. Et toute proposition qui porte atteinte à l’architecture de la réforme de la justice ne sera pas acceptée”, – a déclaré Ferhati.
“La réforme de la justice est entrée dans ses rails. Déjà, la nouvelle justice est comme un train sur ses propres rails, qui va de l’avant et ne dépend plus de la politique. Il n’est plus nécessaire d’en discuter. Nous devons juste aider le train de la justice à avancer”, – a déclaré Ferhati.

“La réforme de la justice n’a pas faibli. Ce n’est pas une entreprise facile. Il envisage un changement substantiel de la division du système judiciaire d’autres organes de l’Etat”, – a estimé la député Ferhati.

/j.p/r.e//irmapu/